retour à www.i-pornic.com
 
 
Les Vieux Livres : "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne"










Pornic : petite ville et port de mer; à 9l.1/3 à l'O.-S.-O. de Nantes, son évêché; à 25 lieues de Rennes, et à 4 1. de Paimboeuf, sa subdélégation. On y compte 1000 communiants. La cure est présentée par l'abbé de Notre-Dame de
Pornic ; il s'y tient un marché le lundi. Pornic, membre du duché de Retz, a une haute-justice, qui appartient à M. le duc de Villeroi.


L'an 1050, Glévian, prince de Bécon, et Drolavius, seigneur d'un canton d'Herbauges, donnèrent à l'abbaye de Saint-Sauveur de Hedon l'église de Sainte-Marie, avec la moitié des dîmes delà paroisse de ce nom, et plusieurs autres domaines.
Airard, abbé de Saint-Paul de Rome et évèque de Nantes, approuva et confirma cette donation.


L'an 1112, les moines de SaintSauveur de Redon firent un échange de l'église de Sainte-Marie de Pornic, et de tout ce qui leur avait été donné précédemment par Clévian et Drolavius.
Les moines de Saint-Serge vinrent s'établir à Pornic, et l'année suivante, 1113, ils y firent bâtir une chapelle, et s'attribuèrent les droits rectoriaux.
Brice, évêque de Nantes, informé de leurs démarches, leur fit défense de rien entreprendre sur les fonctions des prêtres, de baptiser les enfants, de visiter et communier les malades, et de partager avec les prêtres les honoraires des funérailles;
il leur défendit, en outre, de dire leur messe conventuelle les dimanches et fêtes après la messe paroissiale que célébraient le curé et ses clercs, et de sortir processionnellement au dehors sans leur permission, excepté au jour de Saint-André, titulaire de la chapelle de ces moines, et au jour de sa dédicace.
Le prélat leur permit de faire, aux jours ci-dessus mentionnés, une procession solennelle, de dire une première messe dès le matin et une autre-à l'heure de tierce, et de recevoir des offrandes et legs testamentaires, à la charge de payer au siège de Nantes un bizanr ou marabotin d'or de cens annuel.
Le bizant et le marabotin étaient des monnaies étrangères de seize à la taille, ou de demi-once d'or chacun. Le bizant venait de Constantinople, et le marabotin était fabriqué par les Maures d'Espagne.
Le marc d'or était à 20 livres et le marc d'argent à 2 livres.


L'an 1114 , les moines de Pornic bénirent eux-mêmes la chapelle qu'ils venaient de construire. Ils se servirent, pour cette cérémonie, d'eau mêlée de vin et de cendre, qu'on appelle Grégorienne, que l'évêque seul doit bénir;
mais les moines obtinrent la permission de le faire, de l'archevêque de Tours, qui faisait pour lors la visite du diocèse de Nantes.
C'est là la véritable époque de l'existence de l'abbaye de Sainte-Marie de Pornic, longtemps habitée par des chanoines réguliers de l'ordre de saint Augustin.
Le château de Pornic est situé au bord de la mer, et paraît avoir été très-fort dans son temps Les ducs de Bretagne y avaient toujours garnison.
L'abbé de Sainte-Marie de Pornic était jadis assujetti à un usage singulier, dont je ne connais ni le principe ni la cause : il donnait un pain et un pot de vin aux femmes de l'endroit qui venaient se purifier à l'église paroissiale, après leurs couches.
René Blezeau, prêtre de Pornic, qui payait cette espèce de droit, par ordre de l'abbé régulier, Guillaume Pinceau, lui forma action le 22 mai 1608 , pour se faire payer desavances qu'il avait faites à ce sujet. L'hôpital de Pornic fut fondé et établi en 1721. (Voy. Sainte-Marie.}



Pornic : petite ville (sous l'invocation de saint Gilles); commune formée de l'anc. par. de ce nom, moins l'abbaye Notre-Dame-de-Pornic (voy. Sainte-Marie);
aujourd'hui cure de 2e classe ; chef-lieu de perception ; bureau des douanes et bureau d'enregistrement ; brigade de gendarmerie à pied ; bureau de poste.


Limit. : N. Sainte-Marie; E. le Clion; S. la mer; 0. Sainte-Marie.


Princip. vill. : la Malouine , Gourmalon, la Corderie, le Petit-Sandier.


Superf. tot. 34 hect 16 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 5 ; prés et pât. 2 ; vignes 3 ; verg. et jard. 8 ; sup. des prop. bât. 5; cont, non imp. 11. Const. div. 285; moulins du Sang, des Gasts, de la Motte.


Pornic est située sur la côte nord de la baie de Bourgneuf, en face de l'ile du Noirmoutier. Elle se développe en amphithéatre sur un coteau qui domine la mer, et se divise dès lors en haute et basse ville.


La colline ayant une pente rapide, la plupart des rues sont de véritables escaliers, et, comme à Morlaix, il est plus commun d'y voir les jardins de plainpied avec le second étage qu'avec le rez-de chaussée.


Pornic jouit à bon droit d'une grande réputation de salubrité.


Avant 1789, Pornic portait le nom de l'abbaye dont elle relevait, et s'appelait Sainte-Marie-de-Pornic. Depuis la révolution, la ville s'est fait une existence indépendante , et l'abbaye a formé une commune du nom de Sainte-Marie.
L'étymologie du nom de Pornic est assez douteuse. On trouve dans les anciens actes Sancta-Maria-de Pornido, de Pornitio, de Pornidio et de Porto Nitido.
Ces mots justifient l'ancienne orthographe, qui était Pornit et Pornid. Ceux qui s'attachent à l'orthographe actuelle voient dans la terminaison ic le diminutif des Bretons : pour ceux-ci, Pornic signifie dès lors Petit-Port.
Nous croyons à cette probabilité, et ne voyons dans le Pornitio des anciens titres qu'une mauvaise manière d'orthographier; la forme itio substituée à la forme icio, Pornic eût pu faire Pornido tout aussi bien que Pornitio.


Le port n'a pas moins de 400 m. à son entrée, et se prolonge à plus de 1,200, entre deux coteaux hérissés de rochers, jusqu'à la ville elle-même, qui se développe au fond de la manière la plus pittoresque.
La petite rivière de HautePerche vient y verser ses eaux; une écluse, qui retient celles-ci et y ajoute celles que la mer fait refluer au-delà, rend cette petite rivière navigable sur une longueur de 8,000 m. environ.


Ce port repose sur un sol qui ne laisse pas déposer cette boue épaisse dont nos petits havres bretons sont ordinairement remplis; aussi, quand la mer est retirée, l'on peut le traverser à pied sec sur une plage ferme et recouverte d'un beau sable.
Tout contribue à faire de cette ville un rendez-vous pour les bains de mer. Depuis quelques années, en effet, Pornic est très-fréquentée par les baigneurs.
Ceux-ci ont le choix ou de se livrer hardiment à la mer sur cette belle plage, on de se retirer paisiblement dans de petites grottes naturelles qui se sont formées dans les rochers de la côte.
Là, point de flot, point de vent, et surtout pas de regards indiscrets. Aux bains de mer, Pornic ajoute les eaux minérales ferrugineuses , dont la source est à environ un kilomètre de la ville, près de Gourmalon.


Les subsistances abondentà Pornic et sont à bon marché; les environs offrent aux promeneurs de gracieux points de vue.


Pendant les trouble de la révolution, Pornic fit éclater un esprit patriote ;Charette l'en punit en la brûlant. Cette catastrophe n'a pas été pour cette ville une calamité aussi grande qu'on pourrait le croire :
industrieux et actifs, ses habitants ont eu bientôt relevé leurs maisons et refait une ville nouvelle, plus élégante et plus commode que l'ancienne.


Le vieux château que l'on voit sur la gauche du port a fait comme la ville : naguère, c'était une triste ruine, aujourd'hui c'est un curieux monument entouré de maisons modernes et bâties a l'italienne.
Ce château, qui semble appartenir au XIIe siècle, était, dit-on, une place forte des ducs de Bretagne; mais ce ne fut sans doute qu'après la confiscation qui en fut faite sur le trop fameux Gilles de Retz, le barbebleue du pays nantais, qui fut exécuté pour ses crimes nombreux en 1440.
Bien avant 1789 il n'était plus occupé. Les guerres civiles avaient ajouté à la destruction du temps, et il semblait que les hiboux seuls et les oiseaux de nuit pussent y élire domicile,
quand, en 1825, M. Ie Breton , de Nantes, entreprit de l'arracher aux lierres et aux reptiles, pour en faire un des plus beaux ornements de la propriété qu'il voulait bâtir en ce lieu.
Les tours, qui à quelques dégradations intérieures près, étaient intacte», ont été conservées : elles sont au nombre de quatre, dont une au nord, deux à l'ouest et une au sud ; le contour de la place formait un trapèze.
Du sommet de ces vieilles constructions, l'on découvre la baie de Bourgneuf, l'embouchure de la Loire, l'Ile de Noirmoutiers, qui protège la Ville contre les vents de sud-ouest, et ces ilôts de rochers qui portent le nom du Piller, de la Pierre-Morice.
Il y a à Pornic un hôpital fondé en 1721.



Ce port fait un important commerce de cabotage.
L'état des douanes, pour 1841, le résume comme il suit :
exportations 5049 tonneaux, savoir : grains et farines 2046, bois 2024, matériaux 265, etc.; les principaux ports de destination sont : Noirmoutiers (pour 2275 tonneaux), Bordeaux (pour 1440), Paimboeuf (pour 401), Marseille (pour 373), etc.
Importations 4899; savoir: engrais 2990, matériaux 532; bois 172; morue 147, vins 99, houille 87, etc.
Les principaux ports de provenance sont : Méans (pour 1092 tonneaux), le Croisic (pour 905), le Pouliguen (pour 509), Nantes (pour 486), Bordeaux (pour 558), Paimboeuf (pour 421), Rochefort (pour 252), Penerf (pour 470); Rouen (pour 110) ;. etc.
Comme port d'attache, Pornic compte trente cinq navires de cabotage, jaugeant entre eux 458 tonneaux.


Il y a foire le 15 juin, le 2 septembre, le 15 octobre et le 1- décembre.


Géologie : micaschiste à l'est ; quartz schistoide alternant avec le stéaschiste; au nord-est de la ville psammite ferrifère.


On parle le français.





Sainte-Marie-de-Pornic ; sur la côte;, à 10 l. 1/4 à l'O.-S.-0.de Nantes, son évéché; à 26 l. de Rennes, et à 4.l 1/3 de Paimboeuf, sa subdélégation.


On y compte 1200 communiants ; la cure est un prieuré à la nomination de l'abbé de Pornic.


Le territoire, borné au sud par la mer, est fertile en grain et très-bien cultivé.


L'an 1051 , Glevian , prince de. Becon au pays d'Herbauges, donna à l' abbaye de Redon l'église de Sainte-Marie-de-Pornic, la moitié de ses dîmes et quelques autres domaines.


Airard, évèque de Nantes, consentit à ce don.. La Guerche et le Bois-Macé, avec hautes-justices, appartiennent à M: Chevigné du Bois-de Chollet; Breff et Sableau, -moyennes-justices , à M. le prince de Condé.



Saint Michel-de-Chef-Chef ; à 10 L à l'O. de Nantes, son évêché et son ressort; à 24 l. de Rennes, et à 3 l. de Paimboeuf, sa subdélégation. On y compte 600 communiants; la cure est à l'ordinaire. Le territoire , borné à l'O. par la mer , renferme des terres bien cultivées, 'quelques prairies et beaucoup de landes dont le sol paraît mériter les soins du cultivateur. Les habitants sont presque tous marins et pêcheurs, et voilà pourquoi l'agriculture est si négligée dans cette paroisse. Charon, hautejustice, aux héritiers de M. -Michel; Souchais, moyenne-justice, à M. de Peîllac.



Vers l'an 1404 , Garsire de Retz donna l'église de Saint-Michel-de-Chef-Chef à l'abbaye de Saint-Serge. d'Angers, qui y établit une communauté de moines, qu'on y voyait encore en 1206. Jean , troisième du nom , dit de Malestroit, nommé évêque de Nantes en 1419, acquit de Gilles de Retz la paroisse de Saint Michel-de-Chef-Chef, avec les terres de Prigné, de Vue, du Bois-Tréan , 'et plusieurs autres situées dans le pays de Retz pour une somme de 14,000 écus d'or, ce qui ferait aujourd'hui 200,000 liv.



Commune formée de l'anc. par. de ce nom ; aujourd'hui succursale. Limit. : N. Saint-Brévin , Saint-Père-en-Relz; E. le Clion, SainteMarie: ; S. la Plaine ; O. Océan.

Princip. vill. : la Rousseliere, du Redois, la Pauplinière, du Pont-Morice , la Miellerie, la Guémardie, la Gaudrais, la Potterie, la haute-Aigulllon, la Princetiere, Laubaudiere, les Gatinaux.

Les habitants de cette commune sont presque tous marins et se livrent à la pêche.

Jadis, il y avait beaucoup de landes, comme le dit notre auteur ; elles ont disparu tellement qu'elles ne forment guère aujourd'hui qu'un vingt-cinquième du territoire.


Géologie : entre la Plaine et Saint-Michel, micaschiste recouvert presque partout par l'argile. Jaspe schisteux sur plusieurs points. Entre Saint-Michel et Salnt-Brévin , vastes dépôts de sable d.alluvion


On parle le français.



 

  Saisir un nouveau commentaire
    remonter en haut de page pour voir le sujet d'actualité

    Donner votre avis sur le sujet d'actualité :

    Votre nom / pseudo (obligatoire) :

    Votre mail (facultatif, sera visible) :

    Votre Message :

            


    Conseils et astuces de saisie :

      Délimitez votre texte avec les 'balises' suivantes pour :
      - afficher du texte en 'gras' : [b] texte en gras [/b]
      - afficher du texte en 'italique' : [i] texte en italique [/i]
      - insérer un lien : [url=votre lien commençant par http://...] votre texte [/url]
          exemple : [url=http://www.google.fr] un lien vers google.fr [/url] )
      - modifier la taille du texte: [size=1] texte en petite taille [/size]
          (la taille pouvant évoluer de 1-petit a 5-tres grand, 2 étant la valeur par défaut)
      - afficher du texte en 'rouge' : [color=rouge] texte en rouge [/color]
          (autres couleurs dispo : vert, bleu, vertclair, cyan, orange, gris, grisclair)
      Les combinaisons sont possibles :
          exemple : [color=rouge][i][size=1] texte en rouge,en italique et en petite taille [/size][/i][/color]


    Réglement

      Seront supprimés les commentaires :
      - n'ayant aucun rapport avec le sujet d'actualité
      - injurieux et portant atteinte à la vie privée des personnes
      - contraire à la morale



Notre partenaire :  Cyril Ouvrard  (cliquez sur le bandeau)
 


  ACCUEIL   ACTUALITES   AGENDA   INTERVIEW   PHOTOS   VIDEOS   REFERENCEMENT   Espace Publicitaire   i-pornic.com   

Cette page a été vue 68213 fois   (2019-10-13 15:14:26   -  1 / 403 / 11619)    + de stats.